Meilleur vinyle à avoir : Meilleurs vinyles de tous les temps à posséder absolument !

20 disques incontournables pour votre collection de vinyles

Vous vous êtes enfin acheté une platine vinyle. Vous êtes assis chez vous avec vos écouteurs branchés sur votre système audio, mais vous avez déjà écouté le seul (et unique) disque que vous avez acheté au moins dix fois. C’est alors que vous réalisez rapidement que vous avez attrapé le virus de la collection de disques, et avant même de vous en rendre compte, vous êtes de retour dans votre magasin local ou vous veillez tard pour acheter des disques sur Discogs.

Heureusement pour vous, nous avons passé beaucoup de temps à fouiller dans les magasins de disques poussiéreux et nous avons établi une liste complète de nos albums préférés pour commencer votre collection de vinyles. Il est important d’avoir une collection de disques diversifiée et nous avons choisi nos disques préférés couvrant plusieurs genres, décennies et styles pour que vous puissiez les ajouter à votre collection personnelle. Consultez la liste ci-dessous, et profitez d’une expérience d’écoute de qualité !

Sommaire

1. Pink Floyd - Dark Side Of The Moon

Dark Side Of The Moon de Pink Floyd est un incontournable de toute collection de disques. Non seulement il contient des morceaux qui abordent tous les aspects de la vie (le temps, l’argent, la mort, l’amour, etc.), mais vous pouvez également l’allumer lorsque vous regardez Le Magicien d’Oz – on appelle ça de la synchronicité. Dark Side est resté dans le top 200 du Billboard pendant 15 ans d’affilée après sa sortie, un record qui n’a toujours pas été battu à ce jour. Dark Side progresse magnifiquement en tant qu’album, plongeant dans des sujets auxquels tout le monde est confronté et racontant une histoire d’une manière que peu d’autres disques ont pu égaler.

PROMO -5% Dark Side of The Moon

2. Nina Simone – Wild Is The Wind

Nina Simone était un caméléon de styles, une voix infatigable et infatigable qui refusait de tomber en panne à la vue des barrières. Wild is the Wind est sa collection la plus emblématique, avec des chansons comme la chanson titre et « Lilac Wine » qui jettent un sort qui dure depuis ce jour. Les chansons de Nina sont sa voix – profonde, sauvage et libre. « Je vais vous dire ce qu’est la liberté pour moi », a-t-elle dit un jour à un interviewer. « Pas de peur. » Nos étagères en vinyle en sont d’autant mieux pour cela.

3. Michael Jackson - Thriller

Le moment où la musique pop est devenue théâtre. Michael Jackson à l’apogée de ses pouvoirs. Il n’y aura peut-être jamais une autre collection de tubes comme celui-ci, et il n’y aura certainement jamais une voix et une présence comme celle de Michael. Paul McCartney, Vincent Price et Eddie van Halen, tous invités. Cet album est le lien de la pop. Trouvez-le.

Thriller est littéralement l’album le plus vendu de tous les temps, avec plus de 30 millions d’exemplaires vendus rien qu’aux États-Unis. Il a été certifié platine 30 fois ! Les vidéos musicales de MJ, dignes d’un film, ont rapidement fait partie de la rotation régulière de MTV, ce qui a renforcé la réputation de cet album. Thriller est constamment classé parmi les meilleurs albums de tous les temps, et c’est un incontournable de toute collection de disques, grande ou petite.

4. Marvin Gaye – What’s Going’ On

Un autre document historique. Chaos, guerre et perturbation étaient le ton de la fin des années 60. Oh, et l’amour. Marvin Gaye a tout couvert, un homme noir traditionnellement connu pour ses chansons traditionnelles, posant des questions troublantes sur un monde troublé, avec toute la tendresse et la verve qui l’ont fait se démarquer parmi la foule de Motown. Un investissement indispensable pour tout collectionneur.

5. The Beach Boys – Pet Sounds

Précurseur de disques comme MPP, le magnum opus Pet Sounds des Beach Boys de Brian Wilson est l’étalon-or des sorties vinyles. Sorti un an avant le Sgt. Pepper des Beatles, l’album contient des classiques comme « God Only Knows », « Sloop John B », et « Caroline No. Ici, les harmonies classiques des Beach Boys sont prises dans le tourbillon et le cliquetis de « the wrecking crew », l’orchestre pop de musiciens de Brian Wilson qui a conçu un tout nouveau modèle de son qui est toujours poursuivi par les groupes indépendants et populaires aujourd’hui. Brian Wilson voudrait vous faire entendre l’album dans le format mono original, mais si vous voulez une version mise à jour, les versions stéréo et mono vinyle sont disponibles.

PROMO -5% Pet Sounds

6. Led Zeppelin – Led Zeppelin IV

Énorme, vantardise, profonde et large. Le rock and roll à son apogée, et les icônes des années 70 à leur meilleur. Monte le son.

7. Phil Collins – Face Value

Atmosphère, angoisse, et ces tambours qui martèlent – Phil Collins a introduit les années 80 avec cet effort solo massif de 1981. « In the Air Tonight » a lancé la signature sonore qui sera copiée encore et encore par d’innombrables artistes au cours de la prochaine décennie. L’album a été réédité l’année dernière, cette fois avec le visage âgé de Collins sur la pochette. Le temps passe, mais l’influence demeure, et le visage de Collins dans les années 80 trouve encore de la valeur à ce jour.

8. Miles Davis – Kind Of Blue

Ce que les Beatles étaient à la pop et au rock and roll, Miles l’était au jazz. Son Kind of Blue est souvent présenté comme l’un des disques de jazz les plus révolutionnaires et les plus sonores jamais réalisés. Il n’y a pas beaucoup de cas dans l’histoire enregistrée où l’on entend Miles, Coltrane et Bill Evans dans la même pièce, créant follement. Et c’est ce qu’il y a de merveilleux avec les disques de jazz – on peut entendre la pièce. Ici, comme pour le Sgt Pepper et Pet Sounds, vous êtes une mouche sur le mur dans une pièce où l’histoire a été écrite.

Miles Davis a révolutionné la musique lorsqu’il s’est écarté de la forme traditionnelle des chansons de jazz et a introduit de simples esquisses et des fragments de chansons, confiant dans les capacités de son groupe à créer un art magnifique et créant ainsi son magnum opus. Avec des légendes du jazz telles que John Coltrane, Bill Evans et Cannonball Adderley, il a eu raison de faire confiance à son groupe. Découvrez aujourd’hui pourquoi on dit à tant d’auditeurs : « si vous ne possédez qu’un seul album de jazz, faites-en sorte que ce soit Kind of Blue ».

9. Prince – Purple Rain​

Venez pour le style, restez pour les solos de guitare. Nous avons perdu une légende en 2016. Souvenez-vous de lui à son plus vital et électrique, avec son meilleur album.

10. Bob Marley - Legend : The Best of Bob Marley & The Wailers

Legend est un album best-of, ce qui en fait un excellent point de départ pour découvrir les racines du reggae et de ses nombreux genres connexes. C’est le genre de musique que l’on ne peut s’empêcher d’écouter avec plaisir, et les gens semblent être d’accord : c’est l’album de reggae le plus vendu de tous les temps. Alors levez-vous, levez-vous et allez chez votre disquaire pour trouver un exemplaire de Legend.

11. The War On Drugs – Lost In The Dream

Sorti il y a quelques années, Lost in the Dream est un disque rock réalisé à une époque où le vinyle est de retour et où le disque rock en tant que document artistique est plus scruté que jamais. Cet album coule comme un seul et unique, inondé d’une gaze de guitares et de synthétiseurs de rêve. La guerre contre la drogue vous demande de vous perdre non seulement dans des pistes individuelles, mais aussi dans une expérience. Trouvez le point focal de vos enceintes, allongez-vous, et laissez cet enregistrement couler sur vous. Des décennies de production musicale ont conduit à ce point.

12. Tears For Fears – Songs From The Big Chair

Un autre disque qui sonne encore frais, Songs from the Big Chair est le paean définitif de Tears for Fears des années 80. Ce record, c’est les années 80. L’électronique, les guitares et les percussions s’unissent ici avec clarté. Des chansons propres, directes et directes comme « Everybody Wants to Rule the World » et « Shout », ainsi qu’une face arrière de dalliances expérimentales d’une efficacité surprenante, sont autant d’éléments qui donnent de la profondeur et de la bonne humeur. Montez le son de la chaîne hi-fi et suivez-nous.

13. Talking Heads – Remain In Light

Brian Eno était aux commandes de la déclaration la plus définitive de David Byrne and Co. Remain in Light est une courtepointe pop de rythme et d’étrangeté. « Comment suis-je arrivé ici ? crie Byrne sur « Once in a Lifetime », espace rare de libération créative dans une mer de bizarreries intentionnelles. On dirait encore que ce disque a été fait hier. L’un des efforts les plus fructueux jamais réalisés.

14. Radiohead – Kid A/Amnesiac

Un double album prospectif qui est devenu deux sorties emblématiques, Kid A et Amnesiac sont les chefs-d’œuvre de Radiohead. Issus des mêmes sessions où se mêlent rock, électronique, ambient et jazz, ces deux albums permettent à un groupe de rock de découvrir une nouvelle ère du son, celle que nous vivons encore aujourd’hui. Jamais depuis les Beatles la musique exploratoire n’avait été si conséquente et si essentielle à une collection de disques. La production de Nigel Godrich suspend les instruments dans l’espace, claustrophobes et d’une grande portée à la fois. La pochette de l’artiste Stanley Donwood prolonge l’expérience en montrant d’étranges perspectives d’avenir de morosité et d’introspection. Radiohead, c’est l’offre globale – art visuel, production sterling et musique d’ambiance de premier ordre – l’angoisse de notre époque prise à jamais dans les sillons.

Nous ne pouvions pas faire une liste d’albums essentiels sans inclure Radiohead. Kid A présente une instrumentation chaotique et des paroles arrachées et tirées d’un chapeau, ce qui rend l’album à la fois mystifiant et presque incompréhensible. Radiohead a troqué ses guitares contre des synthétiseurs, des boîtes à rythmes, des cuivres et des orchestres à cordes pour cet album – un grand changement de son pour Radiohead, qui a divisé de nombreux fans lors de la sortie de Kid A.

15. Outkast – Speakerboxxx/The Love Below

Quand le rap est entré dans le courant dominant, Outkast a coupé sa propre chaîne. Finalement, même ce ruisseau a coupé en deux. Speakerboxxx de Big Boi et The Love Below d’André 3000 étaient censés être des albums solo, mais ont plutôt formé l’un des doubles albums les plus audacieux de mémoire récente. Au sommet de leur créativité, mais aussi en train de s’éloigner les uns des autres, les deux artistes ont sorti leur meilleur album blanc, créant des succès comme « Hey Ya Ya ! » tout en se poussant et en poussant les uns les autres dans des univers créatifs de plus en plus étranges.

16. The Beatles - Revolver

Pour votre premier disque des Beatles, sortez et procurez-vous une copie de Revolver. C’est un tournant majeur pour le son des Beatles, qui marque leur passage du son pop-rock « British Invasion » de leurs premières années à l’imparable tour de force expérimental en studio qu’ils sont devenus. Si des classiques comme « Eleanor Rigby » montrent les talents d’auteur-compositeur des Beatles à leur apogée, des morceaux comme « Tomorrow Never Knows » et « I’m Only Sleeping » présentent également des techniques d’enregistrement innovantes, comme des voix à double piste, des boucles de bande et même des sons de guitare inversés.

17. Kendrick Lamar – To Pimp A Butterfly

Lamar est la voix la plus râpeuse et la plus claire du rap, et Butterfly est son chef-d’œuvre. Rares sont ceux qui ont mieux documenté la lutte des hommes noirs modernes sous le joug de l’oppression institutionnelle avec tant d’aplomb artistique et tant de candeur personnelle. Ce dossier est un document historique, un must pour les gens de toutes les couleurs.

18. Kanye West – 808s And Heartbreak

La transition de West du hip-hop standard vers quelque chose de plus avant-gardiste. Cet album, avec ses tambours taiko et ses synthétiseurs scintillants, pulse vos haut-parleurs avec une clarté étonnante. West est un rappeur accompli, mais c’est d’abord un génie de la production, et ce disque met cette qualité en valeur.

19. John Williams - Bande sonore de Star Wars

Il y a trop d’excellentes collections de musique classique sur vinyle pour en dresser une liste. La musique de Star Wars de John Williams est peut-être la bande sonore d’un film, mais c’est un hommage aux grands de la musique classique du début du XXe siècle, et sur vinyle, elle s’élève comme une aile en X dans l’espace. Symphony n’a jamais eu un son aussi large.

20. Joan Baez - Joan Baez

Avant Dylan, il y avait Baez. Bien que connue par beaucoup pour son association avec Bob Dylan au début des années 60, et pour son activisme en faveur des droits civiques à la même époque, Baez était en fait un précurseur du mouvement populaire moderne. Sorti en 1959, des années avant que Bob Dylan ne prenne de l’importance, son premier album éponyme est un recueil de chansons folkloriques traditionnelles ressuscitées d’entre les morts et revivifiées, sa voix perçante et sans équivoque, qui fait entrer la tradition populaire dans l’ère moderne. Ce disque sonne mieux sur un vieux vinyle bien usé, le vibrato guttural de Baez semblant jaillir de la nuit des temps.

21. Janet Jackson – Rhythm Nation 1814

Toujours dans l’ombre de son frère et de son nom de famille, Janet Jackson est apparue au milieu des années 80 comme un agent principal du rythme des années 80. La Rhythm Nation de 89 était une déclaration personnelle définitive, avec des chansons comme « Rhythm Nation » et « Escapade » qui font vibrer les rythmes de l’époque. Longue et pleine de succès et de détails de production intéressants, Nation est une déclaration d’intention féminine à une époque où le féminisme prenait enfin le dessus dans la vie publique aussi bien que dans la musique.

PROMO -3% James Blake

22. James Blake - James Blake

Il y a des moments sur le premier album éponyme de James Blake, le producteur électronique, où vous pourriez être excusé de penser que votre platine est en train de sauter. Ce n’est pas le cas, mais Blake l’est – sautant à travers une belle série de blips, d’ajustements et de manipulations vocales, découvrant un nouveau genre de musique spatiale, où le silence compte autant que le son. Allongez-vous et laissez cette enveloppe d’enregistrement vous envelopper.

23. Grizzly Bear – Yellow House

Yellow House, sorti en 2006, a été le premier véritable disque de Grizzly Bear, et l’un des premiers d’une lignée de disques rock indie moderne à mériter le traitement vinyle (c’est-à-dire que vous pouvez l’acheter pour plus que juste le code de téléchargement). Chaleureux, expérimental, intime et expansif, c’est un psychédélique folk pour une nouvelle génération.

24. Flying Lotus – Cosmogramma

Le producteur Flying Lotus, basé à Los Angeles, a maintenu un régime de travail régulier au cours des dernières années, mais aucun ne se distingue de sa percée de Cosmogramma en 2010. Une mise à jour jazz souple et déformée à l’ère de la musique électronique, il n’est pas étonnant que Flylo soit le petit-neveu d’Alice et John Coltrane. C’est du jazz pour la génération des jeux vidéo.

25. Ella Fitzgerald – Ella Fitzgerald Sings The Cole Porter Songbook

« Cole Porter, après avoir entendu ses chansons interprétées par Ella Fitzgerald lors de son premier enregistrement pour le label Verve, a déclaré :  » Mon Dieu, quelle merveilleuse diction pour cette fille ! Les fans se branchent sur sa musique pour une chose et une seule chose : cette voix. Le vibrato fumé qu’Ella a peint sur ses chansons avec un tissage soyeux à travers des classiques de Porter comme « Too Darn Hot » et « I Get a Kick Out of You ». Tu ne devrais entendre Ella qu’en vinyle. C’est là qu’il faut entendre « cette voix ».

26. The Congos – Heart Of The Congos

La légende du reggae Lee « Scratch » Perry a produit ce premier album des Congos en 1977. Un joyau souvent négligé, il est considéré par beaucoup comme l’un des meilleurs albums de reggae jamais réalisés, non seulement pour ses chansons, mais aussi pour la brume humide de la réverbération dont Perry les a imprégnées. Bien qu’il soit souvent difficile à trouver, même les amateurs de non-reggae devraient chercher celui-ci. C’est un paean plus profond et plus irrésistible à « Ja » que même Bob Marley n’en a jamais produit.

27. The Cure – Disintegration

Enregistré en 1989, Disintegration est l’imposant et majestueux adieu de The Cure aux synthés des années 80. Les notes de couverture contiennent une instruction : « Cette musique est mélangée pour être jouée fort, alors monte le son. » Assez dit.

28. Carl Sagan & NASA – The Voyager Golden Record

En 1977, la NASA a demandé à Carl Sagan, cosmologiste, de diriger un projet visant à créer un compendium cosmique de la vie sur terre qui serait stocké à bord du vaisseau spatial Voyager 1. Le « disque d’or » qui en résulte (qui est en fait en or) est maintenant attaché au Voyager 1 alors qu’il traverse l’espace profond, avec de nombreuses curiosités, sons, langues et références tactiles familières à tous les peuples de la terre, adressées « aux créateurs de musique – tous les mondes, tous les temps » dans l’espoir qu’ils puissent décoder et apprendre comment le jouer. Le dossier n’a jamais été mis à la disposition du public jusqu’à tout récemment. Un témoignage incroyablement complet et diversifié de la vie humaine sur terre, ce morceau d’histoire sera bientôt, espérons-le, un prix dans toutes les bibliothèques de collectionneurs.

29. Bruce Springsteen – Nebraska

Les albums de Springsteen valent tous la peine d’être entendus en format vinyle, ne serait-ce que pour la splendeur grand écran de l’E Street Band. Mais pour le Nebraska, Springsteen est parti en solo, et l’atmosphère intimiste et acoustique de l’album en fait un incontournable de son catalogue. La couverture sombre et grise de l’album met en scène l’histoire que racontent des chansons comme « State Trooper » : une Amérique ouvrière, impuissante et en voie de disparition, qui réclame à grands cris la reconnaissance.

30. Brian Eno – Ambient 1/Music For Airports

Ambient est une musique spacieuse, tonale et amorphe inventée par le producteur Brian Eno dans les années 1970. La musique pour les aéroports est le point d’origine du genre. Cette première collection d’excursions d’ambiance au départ d’Eno, conçue pour être jouée littéralement comme musique de fond dans les aéroports, est la musique parfaite pour la méditation silencieuse, ou pour faire la vaisselle, ou pour les dîners. Vous n’écoutez pas ce disque, mais vous le laissez s’infiltrer dans votre conscience. A peine de la musique de fond, ce disque se glisse dans votre peau de la meilleure façon, et est un must pour toute collection de vinyle.

31. Bob Dylan – Highway 61 Revisited

Le voyage de Dylan vers le prix Nobel de littérature a commencé sur la route 61. Revisité de cette première partie de sa carrière, ainsi qu’un regard vers l’avenir plus lointain. C’est comme ça qu’on obtient « Like A Rolling Stone », le premier titre de cet album et l’une des chansons les plus aimées de Dylan. « Out on your own/a complete unknown » sonne comme le cri de ralliement de tous les mouvements de jeunesse, c’est pourquoi l’évaluation de Dylan de la culture des années 1960 sonne toujours vrai dans les années 2010. C’est Dylan sur grand écran pour la première fois, nouvellement électrique, appelant toutes les générations – les temps ont changé. Maintenant, nous devons aussi trouver comment changer.

32. The Beatles – Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band

Aucune présentation n’est nécessaire. Le Sgt Pepper’s est considéré par beaucoup comme le début de l’ère de l’album-as-art. C’était le premier album concept – le premier à lier la musique, le séquençage de morceaux et l’art de l’album en un thème cohérent : une fanfare fictive d’antan, jouée par les Beatles, présentant au monde une toute nouvelle vision psychédélique et déformée de la musique populaire. C’est aussi le premier album à contenir une  » piste cachée « , un sample vocal perverti qui jouait sur une boucle sans fin dans le groove interne du disque vinyle une fois l’album terminé. Enregistré minutieusement en studio, le titre, tout comme le reste de l’album, a été spécialement conçu pour être entendu sur vinyle, jamais reproduit en live. En effet, les Beatles n’ont jamais joué aucune chanson de l’album en concert. Le disque se voulait un voyage en soi – un voyage entrepris et imité par beaucoup depuis, mais rarement, sinon jamais, répété.

33. Daft Punk - Discovery

Tout le monde connaît « One More Time », mais avez-vous déjà écouté en profondeur des morceaux comme « Face To Face » ou le downtempo « Nightvision » ? Si ce n’est pas le cas, il est grand temps de corriger cela. Pour une expérience complète, regardez Interstella 5555, le film que Daft Punk a créé avec l’animateur japonais Leiji Matsumoto en utilisant Discovery comme bande-son.

PROMO -6% Discovery

34. Animal Collective – Merriweather Post Pavilion

Dès notre premier album, une étrange ambiance d’un autre monde s’infiltre, ce qui en fait l’introduction parfaite à l’écoute du vinyle. Enregistré en 2009, MPP est l’opus magnum d’Animal Collective, et l’œuvre la plus accessible à ce jour, avec sa pop psycho-pop/freak folk/et cetera outfit. Du simple « My Girls » à la corne de brume « Bluish », un carnaval de Beach Boy sous-marin dément imprègne chaque recoin de l’univers sonore de l’album. La pochette d’album en tesselles trippantes sert d’avertissement : allez-y doucement – vous vous perdrez dans cette musique.

35. David Bowie - The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars

Le cinquième album studio de David Bowie a été enregistré dans la peau d’une rock star fictive nommée Ziggy Stardust. Ce dieu du glam rock agissait comme un messager auprès d’êtres extraterrestres, et il a également offert à David Bowie la meilleure coupe de cheveux de sa vie. Les chansons de l’album seront reprises en portugais par Seu Jorge dans le film The Life Aquatic With Steve Zissou.

36. Father John Misty - I Love You Honeybear

L’un des succès surprise de 2015, I Love You Honeybear de FJM est un album qui se décrit lui-même comme un  » album conceptuel sur lui-même « , à la fois profondément personnel et hautement racontable. Comme le dit le révélateur Aaron Mook, « il est facile de voir une partie de nous-mêmes dans le personnage imparfait de Tillman, et c’est comme si nous continuions à écouter pour trouver une sorte de réponse. » Vous vous devez de vous procurer cet album.

37. Alt-J - This is All Yours

La suite de l’album d’Alt-J, This is All Yours, qui fait suite à leurs débuts fracassants, poursuit le style avant-gardiste du groupe et donne une bonne raison à leur surnom de « prochain Radiohead ». De leur utilisation innovante de samples (comme l’utilisation de Miley Cyrus sur « Hunger of the Pine ») à leurs riffs de guitare inégalés (pensez à « Left Hand Free »), nous pensons qu’il y a quelque chose pour tout le monde sur cet album.

38. J Dilla - Donuts

Récemment réédité en vinyle, Donuts est le chef-d’œuvre de J Dilla, recouvert de givre. Dilla était un échantillonneur chevronné, et nombre de ces chansons ont été réalisées sur de simples boîtes à rythmes et échantillonneurs avec un minimum de stockage et de contrôle. Le fait de ne pas avoir de studio ne l’a pas empêché de réaliser un grand album, qui est sorti seulement 3 jours avant que Dilla ne décède tragiquement. L’album est si connu que l’oncle de Dilla a ouvert cette année un magasin de beignets en l’honneur du légendaire producteur de hip-hop.

39. Odesza - In Return

In Return combine les diverses influences d’Odesza en un tout qui est bien plus grand que la somme de ses parties. La vision d’Odesza sonne clairement tout au long de l’album, combinant les efforts de nombreux collaborateurs sans jamais détourner l’attention de l’objectif du groupe. Avec plus de 14 millions d’écoutes sur Spotify, In Return s’annonce comme l’un des disques les plus marquants de ces dernières années.

40. The Postal Service - Give Up

Sorti en février 2003 par Sub Pop Records, Give Up est le seul album complet des Postal Service, et le deuxième album de platine de Sub Pop (après Bleach de Nirvana). Le groupe a été confronté à une controverse lorsque les services postaux américains ont déposé une lettre de cessation et d’opposition pour « dilution de leur marque déposée », mais ils n’ont réussi à apaiser la situation qu’en acceptant de se produire à une conférence des services postaux américains.

41. Sturgill Simpson - Metamodern Sounds in Country Music

Les artistes country ne peuvent pas faire beaucoup mieux que Sturgill (prononcé stir [comme remuer le dîner]-gill [comme la chose qu’un poisson a]) Simpson ; déjà propriétaire du meilleur nom de la musique country, avec Metamodern Sounds in Country Music, il pourrait bien avoir aussi le meilleur album. Venant dans la foulée de High Top Mountain de 2013, cet album n’est pas seulement une suite, mais une percée. Simpson va à contre-courant de la country traditionaliste, faisant référence à tout, de Bouddha à Bertrand Russell, tout en restant fidèle au son de Nashville qui le définit.

42. Boards of Canada - Music Has The Right To Children

Certains disques sont tout simplement destinés à être pressés sur vinyle, et celui-ci en fait partie. Music Has The Right To Children est rempli de couches riches et texturées qui continuent d’influencer la musique électronique d’aujourd’hui. L’album utilise plusieurs enregistrements de terrain et un montage audio intensif pour obtenir les sons uniques que l’on entend sur des morceaux comme « Wildlife Analysis » et « Sixtyten ».

43. J Cole - 2014 Forest Hills Drive

Lorsqu’un album débute à la première place, il n’y a généralement pas besoin d’en dire trop (car tout le monde le fera pour vous). Mais dans le cas de 2014 Forest Hills Drive, cela signifie un peu plus – c’est le 3ème album studio de J. Cole, et le 3ème à débuter à la 1ère place. Qui d’autre a fait ça ? Snoop Dogg. Et aussi Drake. Et DMX. Nelly aussi. Et avons-nous mentionné Rick Ross ? En somme, pas de mauvaises fréquentations.

44. The White Stripes - Elephant

Les White Stripes sont souvent décrits comme « simples » et « percutants », mais cela fait partie de leur charme. Le guitariste, chanteur et sosie de Johnny Depp, Jack White, a déclaré que l’album avait été conçu pour réaliser l’idée d’un « retour aux sources », ce qui a inspiré de futurs musiciens comme The Black Keys, qui ont présenté le rock sous sa forme la plus dépouillée.

45. Arcade Fire - Funeral

Beaucoup de gens considèrent le premier album d’Arcade Fire, Funeral, comme un classique moderne, et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi. Des chansons comme « Wake Up » et « In The Backseat » sont imprégnées d’émotion, tout en conservant le côté indie rock que le groupe a toujours recherché. Un peu à l’image de votre adolescence, l’album est un peu une montagne russe émotionnelle, mais vous adorerez chaque virage en cours de route.

46. Lana Del Rey - Ultraviolence

Parfois, on a envie qu’un disque nous transporte dans un autre temps et un autre lieu, et Ultraviolence de Lana Del Rey est le disque parfait pour un lieu comme le Hollywood de la vieille école (le cool, avec l’alcool et la mafia). Avec un titre tiré de A Clockwork Orange et des chansons comme « Cruel World » et « Pretty When you Cry », Lana couvre beaucoup de terrain sur ce disque. Plein de blues, de soul et de cordes, après une seule écoute, vous comprendrez pourquoi il a été l’un des cinq albums les plus vendus de l’année dernière. Si vous recherchez l’argent, le pouvoir et la gloire, cet album est fait pour vous.

Des listes, des listes, des listes…  le meilleur de ceci, le meilleur de cela, tout le monde a une opinion. Et rien n’est plus vrai qu’avec la musique.

Le meilleur de l’année, le meilleur de la décennie, le meilleur du siècle. Que vous aimiez le rock, le country, le rap, le folk, le métal industriel, ou tout ce qui précède, vous avez forcément des albums favoris.

Mais quand il s’agit des albums vinyles essentiels, la liste peut sembler un peu différente. C’est parce que les disques vinyles sont des articles de collection. L’expérience du vinyle n’est pas seulement la musique. En fait, l’emballage, l’art et la présentation ont parfois autant d’importance que la musique.

Les Beatles, par exemple, n’ont pas seulement exploré de nouveaux paysages sonores au cours de leur carrière. Avec leur tristement célèbre art d’album, leur packaging et leur séquençage, ils ont créé un nouveau langage pour la façon dont la musique peut être exprimée par le vinyle.

C’est ce langage que nous utiliserons dans cette liste des 30 meilleurs albums vinyles qui devraient se trouver sur les tablettes des collectionneurs de disques. Nous considérerons non seulement la qualité de la musique (fidélité, profondeur du son, etc.), mais aussi la qualité et la quantité de l’art visuel, la séquence de l’album, la présentation et la promotion qui ont fait de chaque disque un classique essentiel de notre époque.

Avant de commencer notre compte à rebours vinyle, je voulais aussi mentionner que si vous êtes à la recherche d’un nouveau tourne-disque, consultez notre tableau comparatif des meilleures platines vinyles, où vous pouvez comparer certains des meilleurs tourne-disques les uns par rapport aux autres pour mieux vous aider à décider quel lecteur correspond le mieux à vos besoins.